HISTOIRE DES MARQUAGES – 4ème partie

Le 22 Octobre les Allemands prennent pieds pour la première fois sur la rive gauche de l’YSER.
 
Le 25 Octobre au soir,  l’ordre est donné par le grand quartier général Belge, d’inonder toute la rive gauche de l’YSER . Les écluses de NIEUPORT sont ouvertes mais il faudra attendre quelques jours encore pour avoir une barrière liquide.
 Le 26 au soir, dans une attaque, les mitrailleuses françaises, encrassées, ne répondent plus. Le Lieutenant de Vaisseau MARTIN DES PALLIERES, qui commandait la tranchée attaquée dit à ses hommes « c’est avec du fer qu’il faut recevoir ces gens là, baïonnette au canon ». Ici un récit du fusiller marin DELABALLE à qui un de ses compagnons d’armes se plein d’avoir perdu sa baïonnette restée dans le corps d’un ennemi « fait comme moi, cogne avec la tête ». Toute la tranchée se rue sur les Allemands et les repoussent. Ce qui avait rendu furieux les marins c’est que l’officier Allemand qui commandait l’attaque, portait le brassard de la croix rouge.
 Le 27 Octobre un officier français, le Commandant JEANNIOT prisonnier des Allemands avec 4 matelots sont fusillers par leurs geôliers. Le commandant sera achevé à coups de baïonnette. Un seul marin, bien que blessé est récupéré par des frères d’armes venus à leur secours. Les Allemands sont fous de rage devant la résistance Française. Le 1er renfort et le seul que l’Amiral obtint, n’est que 2 bataillons de tirailleurs Sénégalais.

Les commentaires sont fermés.